Il y a 50 ans, nouvel essor des prêtres-ouvriers (1965-2015)

Publié le par Webmestre

Une histoire souvent méconnue ...

Le 23 octobre 1965, à Rome, quelques semaines avant la fin du concile Vatican II, l’épiscopat français décide, en accord avec le pape Paul VI, une reprise du travail à plein temps pour un nombre limité de prêtres. Le 7 décembre 1965, la veille de la clôture du concile, le décret sur Le ministère et la vie des prêtres est promulgué. Dans les diverses fonctions des prêtres, ce décret mentionne « ceux qui travaillent manuellement et partagent la condition ouvrière ».

1965 est autant un point de départ qu’un point d’arrivée. L’histoire des prêtres-ouvriers a commencé dans les années 1940, une période de grande vitalité missionnaire dans l’Église de France. Une histoire mouvementée avec l’arrêt de l’expérience des prêtres-ouvriers le 1er mars 1954 par décision hiérarchique de Rome. Mais cette histoire a continué jusqu’à la réhabilitation en 1965 de cette forme d’existence sacerdotale.

Dans l’Église, les années 1960, c’est surtout le concile Vatican II, une Église qui se veut solidaire de l’humanité avec ses joies et ses espoirs, ses tristesses et ses angoisses ; les encycliques « La paix sur la terre » (Jean XXIII 1963) et « Le développement des peuples » (Paul VI 1967). En Amérique latine, ce sont les communautés chrétiennes de base, l'option pour les pauvres, l’émergence de la théologie de la libération.

Après la mise en route des nouveaux prêtres-ouvriers (1966-1968), le nombre a rapidement progressé au cours de la période 1969-1976, pour se stabiliser et s’établir dans la durée. Aujourd’hui, nous sommes retraités pour la plupart, les actifs sont peu nombreux.

Depuis cinquante ans, le monde a évidemment beaucoup changé, mais il y a toujours des gens qui doivent travailler comme salarié pour gagner leur vie et faire vivre leur famille. Il y a toujours des gens exploités, méprisés, maltraités par les puissants de ce monde. Il y a toujours des gens relégués à la périphérie des sociétés en place incapables de faire de la place à tout le monde.

Dans l’Église, le diaconat permanent (restauré en 1964 par le concile Vatican II) et le rôle des laïcs se sont développés.

Prêtres-ouvriers, nous cherchons simplement à être un des signes d’une Église fraternelle, proche et solidaire des populations exploitées et exclues. Une Église qui aime les gens et dialogue avec eux, attentive et sensible à leur vie ordinaire. Une Église qui encourage à construire une société plus humaine : créer et recréer de l'humain, s’entraider et s’encourager à vivre, prendre soin de l’humanité, faire naître et renaître de la vie, croire à l’insurrection et à la résurrection de l’Humain.

Cette vidéo retrace l'histoire des prêtres-ouvriers au cours de ces 50 dernières années (1965-2015) :

Colloque prêtres-ouvriers "une histoire, un avenir"

Les 5 et 6 décembre 2015 à la Bourse du travail 93200 SAINT-DENIS

Il y a 50 ans, nouvel essor des prêtres-ouvriers (1965-2015)
Pour aller plus loin sur cette histoire des prêtres-ouvriers, voir ci-après des extraits du Courrier des P.O du mois d'octobre 2015 :

Publié dans Partenaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article