Rendons au travail sa valeur d’humanité ! (Déclaration de l'ACO nationale, le 25 avril 2016)

Publié le par Webmestre

Rendons au travail sa valeur d’humanité ! (Déclaration de l'ACO nationale, le 25 avril 2016)
Parce qu’ils sont attachés à leur travail, à ce qu’il soit « bien fait », à sa finalité, aux relations créées, aux petits bonheurs, aux solidarités qui s’y vivent, « les travailleurs ont souvent mal à leur travail »… ils le ressentent dans leur corps personnellement, collectivement… Ils le subissent parfois violemment...

-----------------------------------------------------------------

Oui, la situation se dégrade

Le contexte que nous vivons fait du travail une marchandise, une masse qu’on peut briser, fractionner et déplacer. Les travailleurs sont divisés, écartelés et sous pression. Le travail y perd sa signification. Ces hommes et ces femmes deviennent une variable d’ajustement, un simple facteur de production.
Les travailleurs avec ou sans emploi, jeunes ou moins jeunes sont fragilisés, précarisés. Comment trouver un logement ? Se soigner ? Envisager des projets ? S’organiser ? Tout simplement, vivre dignement ?
Dans tous les pays les travailleurs subissent la loi de la finance, de la compétitivité… « La mentalité régnante met le flux des personnes au service du flux des capitaux, provoquant dans beaucoup de cas l’exploitation des employés comme s’ils étaient des objets à utiliser et à jeter, et à laisser de côté. » Pape François

Le projet de réforme du code du travail : une occasion de prendre la parole

Le manque de négociations préalables avec les représentants des travailleurs est dommageable. Le projet initial a été jugé inacceptable par des millions de personnes et par l’ensemble des organisations syndicales. Aujourd’hui, suite à l’évolution du texte, les points de vue divergent…
Pour autant les travailleurs d’hier, d’aujourd’hui, de demain discutent, débattent, manifestent parfois… tous veulent un monde dans lequel l’humain ait la première place, où l’avenir soit possible pour tous.

L’ACO, mouvement de travailleurs, avec ou sans emploi, dénonce :

Trop souvent,

  • Quand des salariés s’organisent, ils sont découragés, voire sanctionnés
  • Quand des salariés s’expriment sur l’avenir de l’entreprise, on leur demande de se taire
  • Quand des salariés refusent de subir une organisation du travail visant uniquement le profit au détriment de leur équilibre de vie, on les ignore
  • Quand des salariés luttent contre des licenciements, pour des conditions de travail digne, ils sont montrés du doigt…
  • Quand des travailleurs sans emploi courent après le travail, on leur demande juste de courir plus vite

Pourtant de nombreuses personnes, des collectifs résistent, espèrent, le disent, le manifestent, le crient… c’est aussi cela prendre la parole… c’est aussi cela se constituer en peuple.

Les membres de l’ACO l’affirment :

  • L’homme détient une place centrale. Il vaut bien plus que la richesse, que le profit qu’il produit par son travail. Le travail doit être pensé comme une plus-value humaine et non comme une plus-value financière.
  • Les hommes et les femmes, ont besoin d’être reconnus dans leur travail, d’y donner du sens.
  • La « valeur travail » dépasse largement la notion d’activité ou de gagne-pain ; elle dit une « dignité nécessaire », une participation à la vie sociale. A plus forte raison lorsque des personnes en sont privées.
  • Une loi ne peut être humiliante, oppressive, absurde mais doit plutôt protéger et offrir des garanties individuelles et collectives… être au service de la société, de l’homme. « Le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat » dit Jésus.
  • Nous sommes frères au-delà de nos différences, de nos divergences : les tentatives de division n’auront pas le dernier mot.

Nous croyons que le Christ nous guide sur ce chemin d’humanisation, de justice et de paix… croire nous met debout, croire nous met en marche.

Mais serons-nous capables de nous tenir debout quels que soient les vents, les orages, les tempêtes ?

« Nous devons tous lutter pour que le travail soit un lieu d’humanisation et d’avenir, pour qu’il soit un espace pour construire la société et la citoyenneté. » Pape François

Pour comprendre, pour prendre part à l’action, rejoignons les organisations syndicales, les associations, les mouvements de résistance…

Rendons au travail sa valeur d’humanité ! Ensemble, l’espérance prendra corps !

Le 25 avril 2016

La déclaration au format PDF

> clic sur le fichier ci-après

Publié dans Partenaires, déclaration, ACO

Commenter cet article