"20 ans après Saint-Bernard" : La paroisse Saint Bernard de la Chapelle (Paris 18ème) propose 2 journées de rencontre les 24 et 25 septembre 2016

Publié le par Webmestre

"20 ans après Saint-Bernard" : La paroisse Saint Bernard de la Chapelle (Paris 18ème) propose 2 journées de rencontre les 24 et 25 septembre 2016

Samedi 24 septembre :

Table ronde " de 1996 à aujourd’hui "  –  de 15h à 18h

- Rappel de l’historique
- Intervention de témoins qui ont vécu l’occupation de l’église
- Interventions liées à l’actualité  

Dimanche 25 septembre :

Messe à 11h présidée par Monseigneur Soubrier, évêque auxiliaire de Paris en 1996, avec la présence du père Coindé, curé de Saint-Bernard à l’époque de l’occupation.

Des expositions du 20 septembre au 8 octobre

- Exposition de panneaux reprenant les événements de 1996 et les engagements actuels pour les migrants avec un coin lecture où vous pourrez consulter différents articles sur ces sujets (A partir du 24 septembre).

- Exposition d'œuvres d'art dédiées aux sans-papiers, migrant.e.s et réfugié.e.s. de Ange & Dam, Dominique Jaffre et Garance de Galzain.

Paroisse de Saint-Bernard de la Chapelle
6 rue Saint-Luc – 75018 Paris – 01 42 64 52 12
paroisse@stbernardparis18.catholique.fr
www.saint-bernard-de-la-chapelle.fr

"20 ans après Saint-Bernard" : La paroisse Saint Bernard de la Chapelle (Paris 18ème) propose 2 journées de rencontre les 24 et 25 septembre 2016

20 ans après Saint-Bernard

23 août 2016

Le 23 août 1996, l’assaut mené par les gendarmes mobiles dans l’église Saint-Bernard a marqué les esprits. Depuis 20 ans, qu’est-ce qui a changé ? Fermeture, « cas par cas », répression des migrants et des soutiens, évacuations, expulsions, charters…

Le 23 août 1996, l’assaut mené par les gendarmes mobiles dans l’église Saint-Bernard a marqué les esprits. C’est la fin d’un des chapitres des longues luttes menées par les personnes étrangères dans les années 1990 pour la reconnaissance de leurs droits et pour leur régularisation : grèves de la faim à répétition, formation de collectifs de sans-papiers. Ce combat débute à Paris avec l’occupation de l’église Sainte-Ambroise. Il se poursuit notamment par l’occupation de l’église Saint-Hippolyte et enfin par celle de l’église Saint-Bernard dans le 18e arrondissement.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article