Le Carême est un chemin, un pèlerinage intérieur (Prions en Eglise)

Publié le par Webmestre

"... Oui, retrouver l’essentiel, voilà l’enjeu du Carême. Afin d’être intérieurement libres, disponibles à la rencontre de Dieu et de sa parole, et, donc, à celle des autres. Disponibles, aussi, à ce chemin intérieur dans lequel le Christ a rendez-vous avec nous de façon nouvelle, unique. Entendrai-je la nouveauté de sa parole pendant ce temps qui s’ouvre devant moi ? Les autres auront-ils une place différente dans mon emploi du temps à la patine usée ? Goûterai-je à cette liberté profonde qu’ouvre l’Évangile dans la vie de celui qui désire le printemps de Dieu ?

Le Carême est un chemin, un pèlerinage intérieur qui inscrit dans nos vies de femmes et d’hommes le rythme de Dieu, celui d’une rencontre qui comble l’homme.

Bon Carême ! ..."

P. Jacques Nieuviarts, conseiller éditorial de Prions en Église

En ouverture de ce carême, nous pouvons relire la belle prière contenue dans le numéro 178 (février 2017) de notre revue "La Foi d'un peuple", proposée par la Pastorale des Migrants :

Seigneur, Dieu de l’univers, Tu es le Père de tous les enfants de la terre.
Tu connais chacun. Tu nous regardes non comme des êtres anonymes
mais comme des personnes, avec un visage, une histoire.
Chacun est pour toi un enfant bien-aimé !
Apprends-nous à nous regarder les uns les autres, comme toi,
tu nous regardes.
Enseigne-nous à oser croiser le regard de l’autre.
Ouvre nos yeux pour te rencontrer en nos frères et soeurs.
Tu as une prédilection pour les petits.
Comme Jésus tu te tournes vers les enfants et les jeunes.
Chaque enfant est une bénédiction de toi.
Nous te rendons grâce pour leur force de vie et pour l’espérance
dont ils témoignent.
Ils nous rappellent que l’avenir est devant nous :
un avenir à construire ensemble, en humanité.
Chacun peut y apporter sa pierre
pour que la vie, la paix et l’espérance éclosent.
Tu ne détournes pas les yeux quand la vie est menacée.
Aucune souffrance, aucune vulnérabilité ne te sont étrangères.
Tu entends les cris de tes enfants : ceux de nos voix comme ceux
de nos gestes, de nos corps, de nos regards.
Tu vois la main tendue et le corps sans vie ;
tu vois le regard accueillant et les barrières que l’on dresse ;
tu entends les larmes d’une mère après le naufrage
et le rire de l’enfant qui a trouvé une nouvelle patrie.
Voici nos yeux, nos mains, nos intelligences et nos vouloirs.
Investis nos existences de ta bonté et de ta sagesse.
Donne-nous un coeur éveillé et compatissant.
Fais-nous grandir en humanité : en paroles et en actes.
Enseigne-nous le chemin vers la Vie. Amen

> Le fichier en PJ ci-après :

Commenter cet article