Message de la Mission ouvrière du diocèse de Limoges et du délégué à la solidarité à l’adresse des salariés de GM & S Industry de La Souterraine (Creuse)

Publié le par Webmestre

Message de la Mission ouvrière du diocèse de Limoges et du délégué à la solidarité à l’adresse des salariés de GM & S Industry de La Souterraine (Creuse)
Message de la Mission ouvrière du diocèse de Limoges et du délégué à la solidarité à l’adresse des salariés de GM & S Industry de La Souterraine (Creuse)

A La Souterraine, deuxième ville la plus peuplée du département de la Creuse avec 5.400 habitants, le sort de l’usine GM & S et de ses 277 salariés est loin d’être anecdotique. Le sous-traitant automobile est en difficulté depuis que les commandes, majoritairement en provenance de PSA et de Renault, se sont raréfiées au fil des années. Résultat, le sort du deuxième employeur privé de Creuse pourrait très vite devenir un casse-tête pour le nouveau président Emmanuel Macron.

Les salariés attendent de connaître le sort, qui leur est réservé par une décision de justice.

> Clic pour lire le message, fichier ci-après :

Remettre l’humain au centre des décisions

La lutte que vous menez depuis des mois, pour ne pas dire des années au vu des différents rachats de votre outil de production, se veut pour nous chrétiens un symbole de dignité face à l’affairisme ambiant et déshumanisant.

Votre détermination à interpeller les pouvoirs publics, mais aussi les donneurs d’ordres que sont les sociétés Renault et PSA souligne avec force la nécessité de remettre la politique (au sens de la gestion de la cité et des humains)  au-dessus des intérêts  économiques égoïstes de court vue. Une position d’autant plus légitime que l’État – donc la nation (autrement dit l’ensemble des citoyens) – demeure actionnaire et/ou pourvoyeur de fonds publics de ces deux entreprises.  Vos actions, en ces veilles d’élection,  poussent bien des discours à sortir d’un positionnement fataliste face à « l’incontournable loi du marché ». Loi qui privilégie l’intérêt d’une minorité financière au détriment de l’intérêt général. Reste les actes.

Le Pape François dans  son encyclique « Laudato si » le rappelle (128) « Cesser d’investir dans les personnes pour obtenir plus de profit immédiat est une très mauvaise affaire pour la société ». «  (195) le principe de la maximalisation du gain, qui tend à s’isoler de tout autre considération, est une distorsion conceptuelle de l’économie. (…).

Et de poursuivre sur le coût humain et environnemental pour que « les  coûts économiques et sociaux dérivant de l’usage des ressources naturelles communes soient établis de façon transparente et soient entièrement supportés par ceux qui en jouissent et non par les autres populations ou par les générations futures ». Il en va de même pour la prise en charge du coût social réel de fermeture de sites industriels  non suffisamment « profitables ».

Votre résistance se veut signe d’espérance et en ce lendemain de Pâques de résurrection de la dignité humaine. Quelque part, vous vous trouvez sur les traces de ce charpentier de Nazareth, nommé Jésus, pour qui un travailleur vaut  tout l’or du monde.

Nous continuons de vous apporter notre petit soutien moral et spirituel. Gardez la foi en l’action pour la justice : « Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés » (Matthieu 5)


Mission Ouvrière du Diocèse

Marie-Claude Roinel, Alain Ducoux et Jean-Philippe Tizon

Délégué diocésain à la solidarité : Philippe Soulmagnon

Adresse : 15 rue Eugène Varlin 87 036 Limoges cedex 1

Depuis le 11 mai, Il n’y a plus de travail dans l’usine GM & S Industry de La Souterraine (Creuse). Les 279 salariés attendent d’être fixés sur leur sort, loin de l’image des « casseurs irresponsables »

Commenter cet article