Père Raymond Vandecasteele, ancien prêtre-ouvrier à Dunkerque

Publié le par Webmestre

Père Raymond Vandecasteele, ancien prêtre-ouvrier à Dunkerque

"Je ne peux pas supporter quand un homme n’est pas respecté ! »

> Article du journal La Croix (5 juillet 2017) en PDF ci-après :

Père Raymond Vandecasteele, ancien prêtre-ouvrier à Dunkerque

"Le prêtre ouvrier pouvait alors travailler dans une petite entreprise de moins de 50 personnes, sans engagement syndical. Mon patron m'a vidé au bout de trois ans et demi. J'étais gênant. Quand on fait prendre conscience aux gens des injustices, ça peut soulever des réactions...  »

.. Fraternité
La CGT et la CFDT, les deux syndicats les plus importants de l'usine lui demandent ensuite d'être le délégué sécurité. En 1970, il fait se déplacer l'Inspection du travail à l'aciérie. Résultat : 30 mises en demeure pour des questions de sécurité. « Nous étions une vraie force syndicale. Les travailleurs étaient en accord avec les syndicats, et la direction le savait... Pour eux, j'étais avant tout un militant ouvrier. Je suis devenu leur frère car ils ont senti que je les accompagnais dans leur combat... » Raymond Vandecasteele a formé 800 secouristes de la protection civile, a beaucoup travaillé sur l'alcoolisme qui faisait des ravages dans l'usine, a demandé l'amélioration des conditions de travail en poste ce qui a permis la création d'une cinquième équipe, a tenu tête à la direction, avec les ouvriers, lorsqu'en 1974 est survenu un accident mortel : « Elle voulait donner une prime de risques spéciale, mais on n'achète pas la santé !
Les employés ont cessé le travail, l'installation a été réparée et améliorée. On s'est aussi battu contre les accidents de chantier en écrivant au ministère du Travail pour demander une loi, votée quatre ans après.
 » En 1975, le prêtre ouvrier est élu au CHSCT central d'Usinor.
A l'usine, il célèbre la messe tous les jours, pour lui, et retrouve chaque mois durant deux jours Bernard Tiberghien, autre prêtre ouvrier avec qui il a fait équipe pendant 36 ans.

Regard toujours ouvert
A la retraite en 1981, Raymond Vandecasteele continue, milite à la CLCV, l'une des plus importantes associations nationales de consommateurs et d'usagers, s'intéresse aux conditions de vie en HLM, participe au comité de quartier, au conseil des Sages de Grande-Synthe, est membre de l'association Regards d'habitants... En 2001, il entre à la résidence pour personnes âgées Zélie-Quenton... où il se fait élire au conseil de vie sociale ! «  Mon regard est ouvert à tout ce qui ne va pas, et en particulier la dignité de l'homme. Et les gens le savent. Dans le contexte social actuel, où on respecte de moins en moins le travail, il est bon de rappeler les luttes du passé. C'est ce que je fais avec mon livre. » Il lui a fallu deux ans pour écrire "Lutter ensemble pour vivre mieux", retraçant cet itinéraire rendu possible par des évêques qui ont toujours soutenu les prêtres ouvriers. Dans la préface de l'ouvrage, Gérard Defois, évêque-archevêque de Lille évoque le courage de ces hommes qui ont préféré quitter « la protection favorable d'un presbytère ou la sécurité d'un ministère bien défini par la tradition » pour mener un combat en faveur de ce qui leur semblait juste.
Virginie VARLET
25/10/2009

Père Raymond Vandecasteele, ancien prêtre-ouvrier à Dunkerque

Commenter cet article