POUR UNE ÉGLISE SERVANTE DE L’HUMANITÉ, TOUS RESPONSABLES ? Thème de la journée organisée par la Mission Ouvrière nationale le 5 octobre 2016 à PARIS

Publié le par Webmestre

POUR UNE ÉGLISE SERVANTE DE L’HUMANITÉ, TOUS RESPONSABLES ? Thème de la journée organisée par la Mission Ouvrière nationale le 5 octobre 2016 à PARIS

Chers amis,

Tous les ans, une assemblée nous permet de nous retrouver ensemble : membres, partenaires et mouvements ou services d’Église avec lesquels nous avons à collaborer.

Cette rencontre est largement ouverte aux équipes nationales de vos mouvements ou services.

L’an dernier nous avions essayé avec Mgr Marc Stenger de faire le lien entre l’encyclique Laudato Si’ et les Orientations de la Mission Ouvrière.

Cette année, c’est en réponse à une initiative des prêtres ouvriers que nous organisons cette journée sous le titre

"POUR UNE ÉGLISE SERVANTE DE L’HUMANITÉ, TOUS RESPONSABLES ?

Le mercredi 5 octobre 2016 de 9h30 à 17h - Conférence des Évêques de France-Amphithéâtre Cardinal Billé

A la fin du Colloque national des P.O. à Saint Denis les 5 et 6 décembre 2015, une réflexion s’était esquissée dans une table ronde autour de la question du sacerdoce commun et des ministères ordonnés.

Nous vous proposons d’approfondir cette réflexion avec la participation du Père Christoph Theobald et nous souhaitons pouvoir en débattre ensemble et voir quelle suite lui donner.

Pour le Secrétariat National de la Mission Ouvrière,

Les délégués nationaux P. Xavier Durand et Benoît Noblet

Pour les retardataires, voir s'il est encore possible de s'inscrire auprès du Secrétariat de la Mission Ouvrière snmo@cef.fr

Prévoir une participation aux frais de la journée : 15 euros

POUR UNE ÉGLISE SERVANTE DE L’HUMANITÉ, TOUS RESPONSABLES ? Thème de la journée organisée par la Mission Ouvrière nationale le 5 octobre 2016 à PARIS

Extrait de l'article du Journal La Croix du 29/05/2009 :

"Car, tel l'apôtre Paul, le P. Theobald semble mû par un appel qui le dépasse. « Pour échapper aux permanentes menaces d'abstraction, l'Évangile doit être annoncé sur place, à hauteur des yeux et de la voix ! », aime-t-il affirmer. « Les naissances dans l'Église sont souvent imperceptibles », poursuit-il, citant la parabole de la graine de sénevé, où la plus petite des graines devient un grand arbre. « C'est parce qu'on a l'idée fausse de l'Église, qui serait complètement et définitivement constituée, que l'on perçoit sa situation actuelle comme une crise. »

« Regardez le Christ. » S’il est une chose à retenir d’Ecclésia 2007, c’est bien cette injonction. Le père jésuite Christoph Theobald invite les congressistes à se mettre à l’école du « Christ initiateur ». Son idée est qu ’« une vie de foi a besoin d’exemples  ». Or Jésus lui-même possède cet art ... la pédagogie. Et le Verbe de Dieu semble avoir une méthode toute à Lui… que chacun découvre et approfondit en scrutant les évangiles.

Ce secret tient en un mot : Son humanité. Il est proche de ceux à qui Il désire communiquer la foi. Le Christ commence par guérir, toucher, avant d’enseigner. À son tour, celui qui souhaite devenir un « aîné dans la foi » accueille d’abord l’autre. Grâce à ce climat de confiance et de liberté, l’étranger devient familier. Il s’agit, selon le père Theobald, de partir de la situation de la personne, en écoutant sa tristesse, son souci, ou son espoir.

C’est simple : le Christ nous invite à une bonté sans limite… afin d’acquérir son « doigté humain et spirituel ».

Agathe Chapellier

Publié dans MissionOuvrière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article